Cet article aurait pu s’intituler « Y EN MARRE DES ASSISTANTS SOCIAUX QUI NE SERVENT A RIEN! ».

Voilà pourquoi :

Un référé de la cour des comptes, du 21 septembre 2015, a été adressé au Premier ministre.
https://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/Les-minima-sociaux
Celui-ci concernait l’inefficacité de notre système de protection sociale en matière de minima sociaux. Trop complexe, voire trop coûteux (évidemment).
La réponse de la notre ministre aux affaires sociales a été claire : on ne touche à rien (pour le moment).
Nous pouvons nous en féliciter. En effet, la protection sociale sociale via les minima sociaux permet de réduire le taux de pauvreté en France de 22% à 14% !

Qu’est-ce que la protection sociale ?
C’est l’ensemble des politiques publiques visant à assurer un bien être à la population. La sécurité sociale n’est qu’une partie de la protection sociale. S’ajoutent l’aide sociale et l’action sociale.
Pour schématiser, on parle de prévoyance (complémentaire…), d’assurance (retraite, chômage…) et d’assistance (aide sociale, action sociale).
Le budget de la sécurité sociale est de près de 470 milliards € et celui de la protection sociale (inclus le budget de la sécu) est de 670 milliards €.

Finalement, la protection sociale est une grande famille d’institutions, d’organismes, de services publics, d’associations, de professionnels du secteur sanitaire et social.
Les assistant sociaux en sont d’ailleurs des maillons forts dans le cadre de leur mission d’accès aux droits.

Après ces quelques lignes, je vais pousser mon COUP DE GUEULE !

coupdegueule-1

Les assistants sociaux luttent pour permettre à des personnes dans le besoin d’accéder à des droits sociaux, afin que leur situation sociale s’améliore, qu’elles vivent si ce n’est survivent dans notre pays.
Vous avez déjà du entendre certaines louanges sur l’administration : des dossiers indigestes, sa complexité, sa lenteur … pour les assistants sociaux c’est un quotidien infernal.

Alors, lorsque nous arrivons, enfin, à débloquer certaines situations, c’est avec un grand soulagement. Une petite goutte d’eau dans l’océan…

Nous luttons chaque jour contre les administrations, alors même qu’elles sont nos employeurs, notre raison d’être. Ce sont elles qui donnent du sens à notre action.
En effet, la sécurité sociale, et la protection sociale dans son ensemble, permet aux personnes d’avoir des compensations en nature et en espèces pour leur permettre d’avoir au moins un minimum vital, au mieux des conditions de vie dignes et satisfaisantes (minima sociaux, assurance maladie, retraite, indemnités chômage, prestations familiales…).

Aujourd’hui la mode est à la lutte contre la fraude dans toutes les administrations de la sécurité sociale (Pôle emploi, Caf …).
Contrôle, contrôle, contrôle !
Tout le monde est coupable avant d’avoir été suspect et innocent.
Les politiques publiques semblent si inefficaces pour produire des comptes équilibrés, que les économies sont faites sur le dos des bénéficiaires.
On en arrive à des situations telles, que la CAF va contrôler, suspendre les prestations, pour se rendre compte un an après, que la personne contrôlée n’a rien fait d’illégal. Au bout du compte, tout ce qui a été suspendu est reversée à la personne.
Payer pour rien des contrôleurs avec tous les coûts liés à un contrôle, c’est une des priorités de lutte contre les pauvres.
Mais comment cette personne a t-elle fait pour vivre et subvenir aux charges quotidiennes durant cette année ?

C’est l’action sociale qui a du suppléer à la diminution de ressources liée au contrôle de la CAF. L’assistant social payé par une autre administration pour instruire des demandes d’aides financières auprès d’associations, de centres d’action sociaux …
La CAF fait mal son taf, et c’est une autre institution de protection sociale qui paye. Et ce pour des mois encore, car les impacts de ce dysfonctionnement peuvent perdurer dans le temps (dettes, expulsion locative …).

Au delà de cela, c’est un manque de coordination entre les institutions de protection sociale qui est flagrant !
C’est une claque aussi à la notre profession.

Aujourd’hui, les organismes de la protection sociale ne tiennent pas compte de notre travail.
Ces mêmes organismes qui n’ont qu’une obsession, produire une protection sociale improductive avec l’argent public !

3154_file_jeterargent

Publicités