Bon, et bien voilà, on arrive à la fin de ma petite histoire. Avec les épisodes 1 et 2, tu as découvert ma V D M. https://assistantsocialencolere.com/2016/01/26/vis-ma-vie-au-rsa-episode-23/

Semaines, après semaines, j’ai fait le boulot, comme on dit. J’ai apporté des tas de documents, justificatifs en tout genre, pour compléter mes dossiers avec l’assistant social. Il me disait, que c’est comme ça, c’est l’administration. Moi, j’y crois pas. C’est bien  pire qu’un contrôle du fisc. Avant, on faisait confiance aux gens. Aujourd’hui, on demande presque à jurer sur la bible. On est coupable, avant d’avoir été présumé innocent. Pauvre assistant social, noyé dans la paperasse. Il me dit que c’est son boulot. Moi, j’y crois pas.  Quand je le vois s’énerver avec le photocopieur, surtout quand il fait tomber tous les justificatifs, qu’il avait bien rangés. J’ai jamais connu de documentophile. Alors, lui, encore moins.

On a réussi à compléter le dossier pour le logement, la banque de France et pour le juge de l’expulsion. J’ai même du écrire une lettre de motivation pour un hébergement d’urgence. En fait, le juge de l’expulsion, c’est le juge de l’exécution. Je n’aime pas ce mot. Ca rappelle un peu la peine de mort. Après avoir été usagé, on voulait m’exécuter. Un jour, j’ai même reçu en recommandé un commandement de déguerpir, à la place d’un commandement de quitter les lieux. L’huissier a du rester à l’époque du moyen âge. Si vous saviez tout ce que j’ai reçu comme documents, citant des tas d’articles de loi, avec des mots dont j’ignorais même l’existence. Pas facile de s’y retrouver. L’administration n’est pas toujours tendre avec les gens qui ont des problèmes. J’étais rassuré d’être accompagné par un service social.

Maintenant, il n’y avait plus qu’à attendre.

Au niveau de l’emploi, je ne trouvais rien. C’est pas faute d’aller à Pôle Emploi. En vain. L’assistant social, m’a prévenu, qu’on allait devoir encore formaliser un contrat d’engagements réciproques pour le RSA. C’est une obligation. En contrepartie des 500€, je dois m’engager à faire des démarches pour m’insérer. Il m’a dit qu’on allait lever les freins à l’emploi. Là encore il m’a fait rire. J’étais à fond moi, à fond sur l’accélérateur pour trouver un travail et sortir de ma merde. Le seul frein, c’était les patrons qui voulaient pas de moi.

On a fait un bilan. J’avais besoin de me former, de me remettre à niveau. Plusieurs années sans travailler, c’est vrai qu’on est déconnecté du monde réel. Je suis retourné à l’école. Ouais, à l’école, avec un prof. J’étais content. J’arrivais à faire quelque chose de mon temps. Je me surprenais même.

Un jour, l’assistant social m’a proposé de candidater à une association d’insertion. Plus exactement, un chantier d’insertion. c’était un CDDI : i pour insertion. Faut pas trop en demander non plus. On a refait le CV et la lettre de motivation. J’ai été pris en moins de 2 jours. Enfin du positif.

J’avais des horaires de travail, un contrat de travail, des collègues, un chef. Le rêve quoi !

Tous mes problèmes allaient pouvoir enfin se régler grâce à ce travail, mais le chemin est et restera encore long …

 

cool-horizon-wallpaper-hd-forza-horizon-wallpaper-download-free-132508-w1xnkrg4

Publicités