Sauvez nous mais pas le chien ! Expulsions locatives 4/5

 

La vie est parfois mal faite. Pauvre bête …

C’est l’histoire d’un homme seul avec ses deux enfants. La mère était décédée de la suite d’une maladie grave. La famille « monoparentale » vivait dans un « HLM » dans un quartier plutôt tranquille, comme il en existe, je vous jure !

Même dans leur « HLM » on pouvait entendre les mouches voler. Alors, lorsqu’il y avait une abeille ou un autre gros insecte, c’est dire comme ça traînait pas. Y a ait intérêtt à se tenir à carreaux !

Monsieur est venu me voir pour une dette de loyers. En fait, c’est plutôt le service social qui l’a interpellé pour lui proposer de l’aide. La procédure de prévention des expulsions veut que le bailleur social signale les impayés locatifs à la CAF en cas de versement d’une aide au logement, ou à une commission qui fera circuler l’information jusqu’au service social. Et c’est là, que les assistants sociaux interviennent, que je suis intervenu.

Moi : « Bonjour Monsieur, j’ai été informé de vos difficultés pour payer le loyer »

Lui : « Bonjour, comment ça pour payer le loyer ? Je n’ai plus de problème, j’ai tout payé »

Moi : « vous n’avez jamais eu de dettes de loyers ? »

Lui : « Si il y a quelques mois, car j’ai eu un problème avec la CAF, elle avait suspendu le versement de l’aide au logement, mais tout est redevenu normal maintenant. Sauf que le bailleur me demande de payer des frais d’huissiers pour la procédure qu’il avait engagé à l’époque »

Moi dans ma tête : « AAaaaaaaahhhh ! Sacrééééééééé CAF !

 

La dette était effectivement à zéro après avoir vérifié la dernière quittance de loyers. Mis à part bien sûr les frais de relance et d’huissiers réclamés par le bailleur imputés illégalement au locataire. Après tout c’est bien le bailleur, qui a décidé d’engager des frais pour … rien.

Alors pourquoi un tel acharnement à vouloir expulser cette famille ?

Tout le travail d’enquête allait commencer…

Je découvrais qu’en réalité le bailleur voulait expulser la famille pour troubles de voisinage. Cette famille, c’était donc le gros insecte !

Mais pourquoi ?

La gardienne m’expliquait que Monsieur hébergeait des personnes. En fait de « des personnes » on arrivait plus qu’à « une » personne. La gardienne me décrivait cette personne,  qui portait toujours un grand chapeau. Et puis il y avait aussi les crottes et la pisse de chien dans les parties communes, soit disant.

 

Moi : « Monsieur X, vous savez que votre bailleur est sur le point d’engager une procédure pour troubles de voisinage ? Vous en pensez quoi ? »

Lui : « C’est moi qui porte un chapeau ! C’est moi qu’elle voit ! Je n’héberge personne, je n’ai même pas la place pour héberger quelqu’un chez moi. La gardienne ment aussi pour le chien. Il est arrivé qu’une seule fois que mon chien a fait pipi dans la cage d’escalier car il n’a pas pu se retenir mais ça s’est passé il y a longtemps »

La gardienne a réussi à ce que Monsieur confie finalement le chien à des proches. Le bailleur a stoppé la procédure d’expulsion locative.

Le travail d’assistant social ressemble parfois à celui d’un médiateur voire d’un défenseur des droits, et ce, même avec un bailleur social !

 

resonances-mediation-miblog

Publicités