fonctionnaire

Nos chers candidats à la prochaine présidentielle n’ont (plus) que ça à la bouche : des fonctionnaires en moins. Les enchères sont lancées !

C’est que les préjugés ont encore la dent dure.

Il est temps de commencer par le début en rappelant les grands principes du service public, les grandes lois qui guident la fonction publique, le travail quotidien des 5 millions de fonctionnaires.

Et parmi eux, 70 % des assistants sociaux diplômés d’Etat travaillent dans la fonction publique d’Etat, territoriale et hospitalière.

Premier principe : l’égalité.

Le fonctionnaire doit garantir l’égalité d’accès à tous au service public. Autrement dit, le fonctionnaire n’a pas le droit de dire non, même s’il a en face de lui un gros con (cf Larousse : idiot, stupide, imbécile). Le fonctionnaire doit servir et répondre à tout le monde.

Deuxième principe : la continuité.

Le fonctionnaire doit rester à son poste quoi qu’il arrive. Il doit être là quand vous avez besoin de lui. Les horaires sont strictes. Il court le risque de se voir attaqué devant le tribunal administratif pour avoir causé du tord par le simple fait de ne pas avoir été présent pour vous servir. C’est le pompom d’être condamné alors qu’on n’était même pas là !?

Troisième principe : l’adaptabilité.

Le fonctionnaire doit évoluer au bon vouloir de son public, dont les besoins changent, toujours en augmentant jamais en diminuant, au fil du temps. Le fonctionnaire peut être muté sur un poste qu’il n’a pas choisi. Il n’a pas son mot à dire. Il doit savoir se former (et la fermer sous peine d’être déclassé), s’adapter à la modernité.

Il y a cette vielle rengaine qu’on entend souvent aux portes de la sécurité sociale, de la Caisse des allocations familiales, de Pôle emploi… qui voudraient que les fonctionnaires soient classés définitivement parmi les fainéants, ceux qui ne savent rien faire, ceux qui ne savent rien tout court, ou au contraire ceux qui savent tout faire, mais mal. Petit détail qui en fait n’en est pas un : ces agents que vous y rencontrés, ne sont pas des fonctionnaires ! La sécu, Pôle emploi, la Caf sont des organismes de droit privé qui gèrent des missions de service public avec des employés sont contrats de droit privé à plus de 90% ! Ce sont des centaines de milliers de salariés, qui donnent mauvaises réputation au fonctionnaire dont les valeurs sont (é)prouvées !

En France, il y 5 millions de fonctionnaires. Est-ce trop ?

Un autre petit détail : parmi ces 5 millions de fonctionnaires près d’un million, soit 25%, sont des enseignants. Alors, plus ou moins d’enseignants ?

On peut aisément y ajouter les 10 à 20% de contractuels. Et oui, dans la fonction publique, il y a beaucoup de salariés qui sont des agents publics en contrat à durée déterminé et ce même chez les assistants sociaux. Le pompom lorsque l’on sait que la pauvreté est loin d’être à durée déterminée !?

Un autre chiffre vertigineux est celui du nombre d’élus en France : 600 000 élus ! Soit un élu pour presque 5 fonctionnaires. Un élu c’est une personne qui (dé)pense ce que le fonctionnaire va faire. C’est comme une équation mathématique : s’il y a moins de (dé)penseurs, il y a moins de fonctionnaire…

…et de chose qui fonctionnent aussi !

poids-des-elus-rene-le-honzec-210x320

 

 

 

 

Publicités