Etre de droite ou de gauche, pourquoi ?

Savoir se positionner en politique, c’est se questionner sur le projet de la société dans laquelle on vit. Après tout, la politique, ce n’est rien de plus que de penser au mieux comment administrer, organiser la vie dans la cité.

Finalement, doit-on être élu, militer dans un parti, être énarque ou savant pour faire de la politique ? Bien sûr que non. Tout le monde peut mener sa propre réflexion sur des sujets qui concernent la société. Tout le monde peut faire de la politique, sa politique.

Petit focus économico-historique (de manière synthétique en essayant de ne pas caricaturer) pour se positionner à droite ou à gauche.

Il y a d’abord les théoriciens classiques, la droite, qui pensent que l’équilibre entre tous les marchés (emplois, marchandises, capitaux…) se forme grâce à la maximisation des intérêts individuels de chaque acteur de la société (petit hic, l’Homme est-il vraiment naturellement bon ?)  , et la non intervention de l’Etat dans l’économie. C’est donc simple : pas de salaire minimum, pas de taxes ni de réglementation contraignante pour l’entreprise. En effet, l’entrepreneur est celui qui crée de la richesse pour le pays, il faut donc le laisser atteindre le taux de  profit maximum.

Avec le progrès technique, le capital (les machines) remplace la main d’oeuvre, devenue trop chère et moins productives : c’est le capitalisme libéral. Cette dernière devient alors une variable d’ajustement pour l’entreprise, que l’on peut prendre ou jeter au grès des taux de profit à atteindre.

Cette droite n’est pas pour l’inexistence d’aides sociales. Elle est pour un strict minimum au bénéfice des plus pauvres, des indigents. En fait, il s’agit là de panser des plaies, sans mener une réelle politique économique permettant de combattre la cause de cette misère : le capitalisme productiviste libéral, que ces théoriciens glorifie.

Par la suite, il y a eu les théoriciens « keynésiens », de gauche. Ceux là ont souhaité mettre l’humain au coeur de la machine économique. Cette gauche apporte sécurité aux travailleurs et améliore les conditions de travail et de vie (sécurité sociale, réglementation du travail…). L’Etat intervient alors dans l’économie en instaurant des congés payés, un salaire minimum … les salariés ont de plus en plus de droits  : c’est une sorte de capitalisme social. L’Etat taxe les entreprises afin de financer un système d’aide sociale redistributif et de plus en plus important pour lutter contre les inégalités sociales.

Pour ces théoriciens de gauche, l’intérêt général pour la société n’est pas la somme des intérêts individuels qui peut mener à un optimum, mais c’est tout autre chose. L’intérêt général est une notion indescriptive qui doit permettre de garantir la satisfaction des besoins et la garantie des droits des uns , sans compromettre ceux des autres.

En réalité, il n’y a aucun gouvernement qui ait été de gauche ou de droite totalement.
Exemple  : être de gauche, c’est lutter contre les inégalités. Pourtant, un smicard ou un pauvre avec 800 euros par mois qui paye  la même TVA. Si chacun achète la même chose pour 100 euros, le taux de Tva étant de 20%, alors ils auront payés 20 euros de TVA. Pour le pauvre, la TVA aura représentée 2,5% et pour le plus aisé, à peine 0,66%. En définitive, il revient plus cher pour un pauvre de se nourrir, et plus généralement pour vivre dans notre société.

Ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

J’attends encore cette gauche qui prendra de vraies mesures pour lutter contre les inégalités, et qui mettent au coeur du projet de notre société, l’humain avant le profit.

imgscan-contrepoints-2288-gauche-droite-1024x884

 

Publicités